Cantal-Chaussenac

CUSSAC

En Cantal, Canton de Chaussenac

Les plus anciennes mentions viennent du Dictionnaire Topographie du département du Cantal par Amé Emile 1887

Cussac, village et château, détruit, commune de Chaussenac.

  • Villa Cuciac, XIIeme siècle (Charte dite de Clovis)

  • Cussa, 1466 (terrier De Saint-Chistophe)

  • Cussacum, 1503 (id. de Cussac)

  • Cussac, 1649 (état civil de Pleaux)

  • Cussach, 1673 (Id. du Vigean)

  • Cussat, 1769

  • Cuszac, 1780 (archives départementale série C)

 

Cussac, ruisseau, prend sa source dans la commune de Chaussenac, et forme, a son confluent avec celui d'Ostenac, sur le territoire de la commune de Tourniac, le ruisseau d'Escorailles, après un cours de 3,22O m.

  • rivus de Cussaco, 1502 (terrier de Cussac)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110093n/f230.image.r=cussac.langFR

 

Par la suite nous la retrouvons aussi sur la carte de Cassini Du XVIIIème siècle (entre 1756 et 1789 pour les relevés)

On distingue ainsi

Cussac 15700 Cantal (Auvergne)

 

 

 

 

Le ruisseau Cussac sur la commune de Cussac 15700 Cantal (Auvergne)

 

 

Cussac est mentionné dans le Polyptyque de Saint-Pierre-le Vif de Sens daté du IXè s. (mentionné en 822), dite Charte de Clovis. Ce Polyptique recense les biens de l'abbaye de St Pierre-le-Vif de Sens, dans l'Yonne. Il a est inséré dans un faux diplôme de la fin du XIè-début XIIè siècle. Il mentionne 120 sites inscrits dans un territoire naturel triangulaire, conditionné par la structure même du massif cantalien. Les possessions sont ainsi délimitées par 3 rivières (la Dordogne, la Rhue et la Maronne) et par les crêtes montagneuses (du Puy Mary et du Puy Merle). Toutes se situent à moins de 1150 m d'altitude.

Cussac : Villa Cuciac, XIIè s. (charte dite de Clovis)

"In villa Cuciac coloni tres manent ibi, Barnadus, Ansers, Odo, servi ; solvunt annonam modios tres, denarios quindeclm" [NdA : A Cussac, il y a 3 métairies occupées par les serfs Barnard, Anser et Odo ; ils donnent 3 mesures d'avoine et 15 deniers].

Ainsi l'étymologie de Cussac pourrait être la suivante : le nom est surtout porté dans le Cantal, mais on le rencontre aussi dans le Sud-Ouest, en Dordogne, Gironde, Haute Loire et Haute Vienne, (variante : Cussacq). Il désigne celui qui est originaire de Cussac et signifie le domaine (suffixe -acum) de Cucius.

 

charte-clovis-carte.jpg

 

Un château relativement ancien existait à Cussac il abritait une famille noble de Cussac dont la présence est attesté en 1156. (voir la seignerie de Cussac à Chausenac)

 

Situé à l'entrée du bois d'Escorailles, c'était un château féodal. Le village doit certainement son existence au manoir. C'était la coutume à l'origine de la féodalité, que les faibles se missent sous la protection du plus fort, pour être protégés contre les invasions étrangères et les ennemis du dedans. C'est ainsi que cela se pratiquait encore au temps de la guerre de cent ans contre les Anglais et des guerres de religion contre les bandes huguenotes c'est ainsi que près dos châteaux-forts on vit s'élever de modestes villages, des églises qui devinrent souvent un centre paroissial.

 

Le premier château de Cussac détruit depuis de longs siècles, peut être par les Anglais, fut

remplacé par un autre de moindre importance matériellement, mais qui avait droit de garde

et de guerre. Il consistait en deux corps de logis flanqués de deux tours carrées dans l'une

desquelles était la chapelle. Il n'en reste qu'une minime partie. Ce qui manque a été détruit

pendant la Révolution ou par le temps. On reconnait encore les bases des tours puisque la

moindre partie, qui reste encore, fut par la suite habitée par une honnête famille de cultivateurs.

 

Comme le fief de Cussac fut par la suite vendu ou fournit en dote, Cussac fut aussi à l'origine des Bompart de Cussac, de Douhet de Cussac et de planchard de Cussac

 

Ainsi la cloche qui fut la seule laissée au clocher de Chaussenac pendant la Révolution à pour parrain Parrain AUGUSTIN PLANCHARD de Cussac.

 

Une des Croix de Cussac semble du XIV-XVéme siècle . Tandis que celle qui présente un Christ aux jambes croisées accuse une facture de tradition romane. Le four banal mérite aussi le détour.

 croix-cussac-2.jpg

 

cussac-ruisseau.jpg

 

four-de-cussac.jpg

 

interieur-four-banal-de-cussac.jpg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site